top of page

L'art doit il être militant?



JEAN-BAPTISTE BELLEY, DÉPUTÉ DE SAINT-DOMINGUE À LA CONVENTION
Date de publication : Octobre 2006

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS

L’étrangeté du Noir:( EXTRAIT)

"Le portrait de Jean-Baptiste Belley, en pied, sur fond de ciel bleu nuageux, devant le paysage de sa circonscription de Saint-Domingue, n’innove pas seulement par son esthétique somptueuse. Anne-Louis Girodet peint, en représentant officiel de la République, ce Noir en costume d’apparat dont le mandat vient de s’achever, alors même que les colons profitent de la réaction royaliste pour évincer tous les députés de couleur des assemblées du Directoire. A 50 ans, le visage sérieux, Belley est accoudé avec aisance au socle du buste de l’abbé Guillaume Raynal, sculpté par Espercieux. L’artiste fait de lui le vivant symbole de l’émancipation des Noirs annoncée par le philosophe. La figure de ce Noir, exposée à Paris, en 1797 et en 1798, suscite une véritable fascination dans le public. L’artiste a placé de trois-quarts la tête, objet de la curiosité générale, à cette époque où l’on compare les caractéristiques morphologiques des blancs, des noirs et des singes. Rejetant en arrière des cheveux crépus déjà grisonnants, le visage osseux, au nez aplati, est éclairé par des yeux très vifs ; la mâchoire puissante ne présente aucun prognathisme. Le contraste entre le costume, si extraordinairement raffiné qu’il évoque à lui seul la culture européenne, et le faciès sombre du modèle fait ressortir l’étrange différence de cet homme noir. Ce costume de député à la Convention, rappelle aussi que Belley a connu son heure de gloire lors de la première abolition de l’esclavage, en 1794. Les trois couleurs républicaines, qui ceignent la taille et le chapeau sont fondues dans des dégradés pastel et laissent tout le contraste chromatique au rapport entre le noir et le blanc. Les tonalités subtilement dégradées du visage noir de Belley ressortent contre le marbre blanc de la sculpture, comme sa longue main brune sur la culotte claire.""

En conclusion, l’art peut certainement être militant. Depuis des siècles, l’art a été utilisé comme un moyen puissant de communication et de résistance contre les pouvoirs en place. Aujourd’hui, dans un monde envahi par les médias et les images, il est essentiel d’examiner attentivement le message et les implications de l’art contemporain. L’art peut être un outil critique et provocateur pour remettre en question les normes sociales et politiques, et inciter les individus à réfléchir et à remettre en question les représentations , les hiérarchies sociales et souvent l'histoire qui nous est racontée..

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

BIENVENUE SUR MON BLOG!!

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle série de vidéos ! Dans ces prochains épisodes, je vais vous parler de mon travail et de mes motivations. En tant que professionnel dans mon domaine, il est imp

Comments


bottom of page